Histoire de l'horlogerie suisse

décembre 23, 2020 5 min de lecture

Histoire de l'horlogerie suisse

 Aujourd'hui l'industrie horlogère suisse est réputée partout dans le monde. Les montres mécaniques suisses sont à la fois les plus chères et le plus qualitatives du marché.

Mais d'où vient cette réputation ? Pourquoi la suisse est devenue le pays de l'horlogerie ? Lisez ce qui suit pour le savoir. 

Naissance de l'horlogerie suisse

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'en premier lieu, les premiers maîtres horlogers européens n'étaient absolument pas suisses. La France, l'Allemagne et, dans une moindre mesure, l'Angleterre ont été les premiers à développer des horloges mécaniques.

Mais à la fin du XVIIe siècle, des réfugiés protestants se sont installés dans la région, plus tolérante que les autres pays européens avec leur religion. Ils ont amené avec eux une expertise importante en matière d'horlogerie et d'orfèvrerie. L'industrie locale s'est alors développée peu à peu.

Cette époque correspond justement à de grands progrès technologiques, qui permirent la miniaturisation des mécanismes d'horlogerie. La montre à gousset, inventée au XVIe siècle, se popularise. La production se répand et son usage se démocratise. Si bien qu'au tournant du XIXe siècle, les montres suisses deviennent populaires dans le monde entier.

 

Première crise de l'horlogerie : la révolution industrielle

Ce fut le premier coup dur à encaisser par l'horlogerie suisse tout juste installée. En effet, une montre mécanique est composée de centaines de pièces minuscules, chacune devant être usinée avec des degrés de précision incroyables.

Avant l'invention des machines-outils, chaque montre devait être faite à la main. C'était donc un processus très coûteux en temps et en main d'oeuvre.

Mais pendant les années 1850, les entreprises américaines ont perfectionné le processus. Les montres deviennent moins chères, plus précises et plus accessibles au grand public.

Si la Waltham Watch Co. du Massachusetts a été l'une des premières et des plus prospères, d'autres ont vu le jour à peu près à la même époque, notamment Elgin, Bulova et Hamilton.

Montre à gousset suisse ancienne mouvement mécanique

Ce fut la première crise pour les montres suisses, et alors qu'elles luttaient pour rattraper leur retard, leur réputation en souffrit fortement. Si bien que le label "Swiss Made" vit le jour créé en gage de qualité traditionnelle face à la montée de la concurrence internationale. 

Malgré l'adversité, les Suisses ont donc continué dans la voie de la haute horlogerie, à un rythme réduit. Bien que nombre de leurs produits de l'époque étaient de qualité inférieure à celle des produits américains, de nombreuses nouvelles marques sont nées dans le courant du XIXe siècle : Jaeger-LeCoultre, Tissot et Audemars Piguet, entre autres.

Les Guerres Mondiales : une aubaine pour les montres suisses

Il est intéressant de noter que ce retour de croissance a coïncidé avec la montée en popularité des montres-bracelets, qui jusqu'en 1910-1920 environ étaient considérées comme des accessoires réservés aux femmes. Les hommes ne portaient en effet que des montres de poche.

Montre à gousset Switzerland horlogerie traditionnelle

La Première Guerre mondiale a joué un rôle important dans la transition : les soldats avaient besoin de leur deux mains en permanence, et ne pouvaient pas se permettre d'en glisser une dans leur poche pour regarder l'heure.

C'est au début de la Seconde Guerre mondiale que les marques suisses haut de gamme ont retrouvé leur position de leader. En effet, le pays étant resté neutre, l'industrie horlogère n'avait pas besoin de participer à l'effort de guerre comme ses voisins européens. La concurrence fut donc écartée. Des marques telles que Jaeger-LeCoultre fournissaient des montres de pilote à la RAF et à la Luftwaffe.

Les témoignages de l'époque suggèrent que les marques suisses étaient considérées comme nettement meilleures que les montres standard d'autres fabricants. Cette tendance se poursuivra après la guerre.

Deuxième menace : la crise du quartz

Enseigne atelier d'horlogerie Tiffany suisse

L'industrie horlogère suisse n'a pas eu longtemps le loisir de se reposer sur ses lauriers. Rapidement, elle fut secouée par une autre crise, qui l'a presque paralysée : l'invention de la chronométrie à quartz. Dans les années 1960, les fabricants expérimentaient des méthodes de chronométrage électronique. L'une des plus réussies de l'époque fut celle des modèles Accutron à diapason de la firme new-yorkaise Bulova. Elle reste aujourd'hui encore très recherchée par les collectionneurs.

Mais l'adversaire principal de la Suisse n'était plus outre-Atlantique. C'étaient désormais le Japon qui avait décidé de rentrer dans le marché de la montre. Et si le premier mouvement à quartz fut créé en Suisse, il n'y fut jamais fabriqué à grande échelle. Ce fut une des piles erreurs de calcul commercial de l'histoire économique récente. La stratégie adoptée fut celle de continuer à ne produire que des montres mécaniques, car elles étaient censées être préférées à cause de leur aspect traditionnel.

Si vous voulez en savoir plus sur les différences entre le mouvement mécanique et le mouvement quartz, cliquez ici.

La société japonaise Seiko a été la première à produire en masse des montres à quartz en 1969, et comme on pouvait s'y attendre, les consommateurs les ont préférées immédiatement aux montres traditionnelles. Le mécanisme quartz est en effet à la fois moins cher et beaucoup plus précis que le mécanique.

Les ventes des montres mécaniques ont donc chuté et de nombreuses entreprises ont fermé leurs portes. Les entreprises américaines n'ont pas non plus échappé au carnage : Waltham, Elgin, Gruen et bien d'autres ont fait faillite. Si les droits sur les noms des entreprises ont été achetés et sont encore utilisés aujourd'hui pour créer des montres, ces entreprises n'ont rien en commun avec leurs prédécesseurs historiques.

Si bien que pendant les années 80, une partie des entreprises suisse a cédé à la pression et adopté des mouvements à quartz pour se maintenir à flot.  Beaucoup de celles qui ont refusé cette conversion sont tombées en faillite.

Horloge suisse réveil crise du quartz

Le repositionnement dans les montres de luxe

Ce qui a sauvé l'industrie horlogère suisse, c'est la très célèbre marque Swatch. À partir de 1982 elle a commencé à produire des montres à quartz bon marché aux designs plutôt fantaisistes, qui ont connu un très grand succès. Au fur et à mesure de son ascension, Swatch a commencé à racheter discrètement d'autres entreprises comme Omega, Tissot et l'Américain Hamilton. Le groupe Swatch a également acquis ETA SA, le plus grand fabricant mondial de mouvements mécaniques suisses.

Ensuite a commencé véritablement le travail de redressement : ces marques ont été repositionnées en tant qu'alternatives de luxe aux marques bon marché, et ont fait de l'histoire de l'horlogerie suisse une technique de marketing. Puis, d'autres sociétés se sont jointes au parti, dont le groupe Richemont, qui a fini par dominer le marché de la haute horlogerie de luxe, en acquérant des noms tels que Vacheron Constantin, Piaget, Jaeger-LeCoultre et IWC.

Depuis le milieu des années 90, la montre mécanique a connu une hausse constante de sa popularité, malgré la suprématie du quartz. Comme les montres mécaniques restent largement des objets de luxe, et que beaucoup de grands fabricants de montres de luxe restent suisses, le pays est redevenu l'un des principaux acteurs du monde de l'horlogerie... jusqu'à la prochaine crise.

Horloge luxe montre suisse excellence


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Top 3 : films sur l'horlogerie
Top 3 : films sur l'horlogerie

juin 18, 2020 3 min de lecture

Nombreux sont les films qui ont placé l'horlogerie et toute sa symbolique très particulière au centre de leur univers. Best of de ces bijoux du cinéma.
Voir l'article entier
Artisanat anglais traditionnel buckingham palace horloges
Les horloges de Buckingham

mai 20, 2020 1 min de lecture

Buckingham Palace est le palais de la reine d'Angleterre et dispose de pas moins de 350 horloges. Pourquoi ? Lisez cet article maintenant pour tout savoir.
Voir l'article entier
L'horloge atomique : c'est quoi ?
L'horloge atomique : c'est quoi ?

mai 14, 2020 4 min de lecture

Vous avez sûrement déjà entendu parler de l'horloge atomique sans comprendre vraiment de quoi il s'agissait. On vous explique tout.
Voir l'article entier

Besoin de plus de temps ?